Intersection #38 – Shop Now

 

Blog

Le véhicule oublié

Avant l’Urus, il y avait le LM002, un 4×4 brutal taillé à la masse et pensé pour avaler les dunes du Moyen-Orient. Et encore avant, il y avait le Lamborghini Cheetah. L’histoire du premier tout- terrain de la marque de super sportives italiennes est bien tortueuse. À la fin des années 1970, elle est exsangue et cherche à multiplier contrats et collaborations pour renflouer les caisses. Le premier est signé avec BMW pour l’assemblage d’une sportive à moteur central, la future M1. Le second est militaire et s’annonce juteux : pour répondre à l’appel d’offres de nouvelle voiture tout- terrain de l’armée américaine, Lamborghini s’associe au spécialiste californien MTI (Mobility Technology International), qui réalise entièrement le véhicule en interne et le motorise avec un V8 Chrysler placé en position arrière. Le concept Cheetah est présenté au Salon de Genève 1977, et jusque-là tout va bien. Ou pas. Avec seulement 183 chevaux, le moteur américain de 5,9 litres est bien à la peine pour déplacer le 4×4 pesant plus de deux tonnes à vide – même s’il arrive à le propulser à 170 km/h sur route. Plus problématique, l’implantation arrière de ce gros bloc rend le Cheetah pataud en hors-piste et peu maniable à l’accélération, mais le pire est à venir : la société FMC attaque MTI, puis Lamborghini, pour plagiat, considérant que le Cheetah n’est qu’une copie de son XR311. (L’intégralité du sujet est à découvrir dans le numéro 37)

Texte : @Yan-AlexandreDamasiewicz 

5 février 2019
Last Exit
5 février 2019
C’est du gâteau