Intersection #38 – Shop Now

 

Blog

La Lexus LC 500 H

H pour Hybride bien sûr, mais aussi pour hyper, tant ce coupé a de l’avance sur son secteur. 

Depuis ses débuts il y a près de trente ans, la division luxe du groupe Toyota n’avait jamais osé proposer un « kimono » aussi spectaculaire. À la fois élancé et musclé, massif mais pas pesant (4,77 mètres de long pour 1,92 de large), le coupé LC provoque l’émoi et c’est justement le but recherché. Début 2016, au salon de Détroit, Lexus avait dévoilé le LC 500, un coupé sportif animé par un moteur V8 de 5,0 litres de cylindrée développant la bagatelle de 467 chevaux avec une boîte de vitesses automatique à dix rapports. En 2017, Lexus récidive à Genève : le même coupé sportif, mais avec comme variante une motorisation hybride. Ce LC 500 se voit donc affublé de la lettre «h». Sous le capot de ce coupé 2+2, un bloc moteur essence V6 de 3,5 litres développant 295 chevaux (220 kW) accouplé à un moteur électrique (puissance non communiquée) alimenté par un pack batterie lithium-ion (50 kilos) de 44,6 kW (310 V). La puissance combinée totalise 264 kW (354 chevaux), et le 0 à 100 km/h est atteint en moins de 5 secondes. Contrairement à la version essence qui embarque une boîte automatique à dix rapports, cette Lexus LC 500h adopte une boîte automatique à quatre rapports avec palettes au volant. Il ne fait aucun doute qu’une motorisation hybride a parfaitement sa place sous le capot d’un coupé de ce calibre. Il serait même souhaitable que Lexus aille un peu plus loin en nous proposant, par exemple, une version plug-in. Reste qu’en l’état, le LC 500h est un agréable compagnon de voyage et résolument la meilleure GT hybride du marché tant son avance sur la concurrence est vaste. Comme quoi, la Toyota Prius n’était qu’une éclaireuse.

7 mai 2019
Entretien avec Esther Bahne
7 mai 2019
Le nouveau Porsche Macan S