LE MAGAZINE DE LA CAR CULTURE
Widget Image
Intersection n°30
Disponible sur notre e-shop.

Blog

lewis-hamilton-for-intersection-square

« J’aurai une vie après la F1, ne vous en faites pas pour moi »

La vie rêvée de Lewis Hamilton, triple Champion du Monde de Formule 1, oscille entre musique, excès supposés et amis haut placés, mais n’est pas celle que l’on croit.

Texte : Adam Hay-Nicholas, Photographie : Robert Wunsch, Stylisme : Chantal Drywa

Je suis un véritable outsider », confirme Lewis Hamilton. Alors que nous roulons dans l’est de Londres à l’arrière d’une Mercedes Maybach blanc perle, je lui dis que le simple fait de rester lui-même est sans doute ce qui le distingue de tous les autres pilotes de Formule 1.

lewis-hamilton-for-intersectionfr-robert-wunsch-2016-816_finalIl s’habille différemment, se comporte différemment et n’a pas les mêmes fréquentations ; il est le seul pilote qu’on puisse considérer comme une célébrité mondiale. Si la F1 est l’un des sports les plus diffusés et les plus commerciaux, les autres pilotes tendent pourtant à faire profil bas. Ils disputent leurs courses et répondent à des interviews sur le sujet, mais rien de plus. Peu s’intéressent à autre chose qu’à leur sport, et c’est là qu’Hamilton fait toute la différence. « Je suis attiré par tant d’autres domaines que la conduite. Conduire, c’est ce que je fais de mieux, mais ce n’est qu’une partie de moi : j’ai tellement plus à offrir. »

La Formule 1 est un milieu presque exclusivement blanc, particulièrement conservateur et même béotien dans des domaines tels que l’art, la mode ou la musique qui passionnent Hamilton. Les pilotes de Formule 1 sont enfermés dans des cases, et quand ils tentent d’en sortir, ils doivent affronter la critique des hommes entre deux âges qui les emploient ou écrivent à leur sujet. Si on ajoute à cela la pression des sponsors, l’époque insouciante où les pilotes pouvaient se comporter comme des rock stars semble depuis longtemps révolue. On attend d’eux qu’ils se couchent à 21 heures, ne pensent à rien d’autre qu’à la course et à l’entraînement et, en résumé, qu’ils soient aussi ennuyeux que possible. Tel est l’engagement nécessaire pour atteindre les sommets, et cela commence à un âge de plus en plus précoce. Rares sont les pilotes qui ont le temps de s’intéresser à autre chose que la F1 dans la vie.

« On m’a formé tout en me posant des limites, et j’avais l’impression que c’était la seule vie que l’on m’autorisait »

Deux choses ont marqué Lewis lors de ses débuts en F1 avec McLaren en 2007. Tout d’abord, il a été le premier pilote de couleur en F1 et ça a son importance. Ensuite, les médias suivaient déjà ce jeune homme d’alors 22 ans depuis une décennie, c’est-à-dire depuis sa signature chez McLaren à l’âge de douze ans. Il a été formé pour devenir une superstar du pilotage et placé au centre du tourbillon médiatique. Comme je le suggère à Lewis, c’était sans doute comme grandir dans le Truman Show.

lewis-hamilton-for-intersectionfr-robert-wunsch-2016-241_final

« C’est une façon assez cool de voir les choses, et c’était un peu comme ça. On m’a formé tout en me posant des limites, et j’avais l’impression que c’était la seule vie que l’on m’autorisait. » Il était entouré par une équipe de relations publiques au service de grandes entreprises qui le forçait à marcher sur la corde raide de la communication médiatique. Il devait mettre les vêtements qu’on lui disait de porter, se limiter au message-clé, « ressembler à ça et se comporter comme ça ». Surtout, il devait être celui que le patron de McLaren, Ron Dennis (l’homme que Lewis a approché pour la première fois à l’âge de dix ans lors d’un dîner de gala en lui promettant qu’il courrait pour lui un jour), voulait qu’il soit. C’était l’opportunité d’une vie – aucun doute là-dessus – mais cela a également restreint son développement personnel. Il a été contraint et modelé comme un bonsaï dont on contrôle la croissance.

La suite est à lire dans Intersection n°29, en kiosque à partir du 29 septembre

27 septembre 2016
La Grande Course
3 octobre 2016
Retour sur piste