Intersection #38 – Shop Now

 

Blog

Entretien avec Esther Bahne

Questions à Esther Bahne, responsable de la stratégie «Beyond the car» chez Mini

Comment envisagezvous le futur de l’automobile?

De grands bouleversements attendent l’industrie automobile à l’avenir. On estime qu’il y aura moins
de voitures, en particulier dans les grandes villes où les véhicules seront partagés. Le poids des flottes
va augmenter. On se fera de plus en plus conduire, notamment par des véhicules autonomes. À long terme, le poids industriel de l’automobile va diminuer. Mini doit donc rapidement trouver d’autres domaines où s’aventurer. Faire autre chose que des voitures.

J’ai été embauchée pour mener ces changements à bien, pour amener la marque vers des secteurs périphériques.

Comment voyez-vous Mini?

Nous nous positionnons comme une entreprise de mobilité au sens le plus large du terme. Ce n’est
pas un hasard si le groupe BMW, auquel nous appartenons, s’est associé à Daimler-Benz pour
créer une entreprise sur la mobilité. Bien sûr, nous construisons des voitures, mais nous voulons aussi élargir nos compétences à d’autres domaines. Il nous semble vital de développer notre éventail de services.

Dans quels autres domaines la marque peut-elle s’engager?

Nous ne sommes pas une entreprise classique. En effet, si on associe naturellement la technologie à Audi, Mini jouit d’une dimension plus émotionnelle. Ce qui vient en premier à l’esprit avec Mini, c’est l’idée du design. Le public nous donne la « permission du design ». Nous voulons donc faire de Mini une entreprise de design au sens large et avons décidé de nous aventurer dans des secteurs aussi périphériques que l’architecture ou la mode. La métamorphose ne fait que débuter.

Par Nicolas Dembreville

7 mai 2019
Zone de confort
7 mai 2019
La Lexus LC 500 H